Anecdotes

 

Curieux, drôles, émouvants ou insolites,
voici quelques actes relevés au fil de nos lectures

Lanuèjols edt081gg002/e0000081
Jeanne Cairoche du lieu de Cha[teaune]uf de Randon, ma mère, habitante a present a La nuejols est decedée le 28e juillet 1728 par un coup de foudre en entendant la messe dans leglize et precisement a la communion de lad. Messe ; ont esté en meme temps blessés un autre garçon et une femme. Laquelle foudre en tombeant a mis a bas le clocher et jetté la cloche dans le cymethiere sans qu'elle soit cassée. Elle a esté inhumée dans leglize dud La nuéjols, presants Alexandre Villeneuve signé et Durand Bonnet dud La nuéjols. Jay en foy de ce…Cairoche curé

Registre de Saugues BMS 1612-1704, photo 1333 (site de la mairie de Saugues)
Août 1694 - La misère a été si grande cette année que les pauvres de Longeval tuerent le chien du village pour le manger. Le carton de bled vallait quatre livres quinze sols sur la fin de juin, a présent ne vaut que vingt trois sols. Mazaudier curé

1miec095015/mi000336 - Mende - La courte vie d'Urbain Lendor
Ce jourdhuy samedi trente avril 1791 à onze du matin en l'Église cathédrale et parroisialle de la ville de Mende sest présenté devant nous Jacques Saltel curé de laditte Église, un nègre nommé Lendor né en Afrique et qui nous a paru agé d'environ seize ans ledit Lendor n'ayant sceu nous dire son age ny le lieu de sa naissance et luy ayant demandé sil avait été baptisé nous a répondu nen avoir aucune idée et scachant par nous même qu'il est habitant dans cette ville depuis environ huit ans et qu'il a suivy les Écoles chrétiennes les offices divins et les cathéchismes de notre paroisse ; cela considéré et sur le désir qu'il nous a témoigné de recevoir le Saint Baptême nous avons accédé à son zelle et lavons baptisé sous condition et sous le nom d'Urbain Lendor. Son parain a été Urbain de Retz de Servière, sa maraine dame Jacquette de Morée sa femme domiciliés de cette ville qui nous ont prié et requis dans notre ministère, ce que nous leur avons accordé et nous sommes signés avec Julhien André Chabrol et Jean Georges Marcé prêtres témoins au présent a été avec ledit Urbain Lendor signés avec le parain et la maraine et nous susdit curé.
Urbain Lendor a signé son acte de baptème

4E126/002/0000007 – Ribennes – La courte vie d'Urbain Lendor suite
Ce cinq janvier 1794 vieux stile lan segon de la république françoise une et indivisible, est décédé Orban dit Landor au mas de Gibelin commune de Ribennes, age danviron dis huit ans negré de nesance du païs dafrice . A été enterré le landemain au simetiere de Ribennes. Presents Alexandre Dumas de Gibelin et Jean Delpuech de Combettes iliteres en foi de ce Hermebessiere off. Public

1miec061006/000299 – Florac, registres protestants
Le treize septembre 1746 est né un fils naturel et légitime de Sieur Pierre Gout et de delle Marie Lozeran (? surcharge) de la ville de Florac diocèse de Mende. Le Sieur Maliges, alors curé dud Florac, le fit enlever le quatorze par un détachement des troupes du Roi qui étaient en garnison au dit Florac et que le capitaine de la dite troupe envoya à la solicitation dud curé dans la maison du susd Sieur Pierre Gout père pour prendre l'enfan nouvellement né et le faire batiser par le pretre de l'Eglise romaine contre la volonté du pere et de la mère qui sy opposerent de tout leur pouvoir mais ils ne purent point resister a la force et violence du détachement qui arracha led enfant dentre les bras de son père, le porta à l'Eglise dud curé lequel le batisa led jour quatorzièeme septembre 1756. On fit servir de parrain aud enfant le fils ainé du Sieur Boyer notere dud Florac et pour marraine Demoiselle Jeanne Gout sa tante paternelle tous les deux catholiques romains. Il fut donné nom audit enfan Silvestre. Enregistré par nous Jean Pierre Gabriac pasteur des Eglises Reformées sous la Croix en Cevenes ce vingt sept mars 1758. Gabriac pasteur.

edt127gg001/e0000194 – Rieutort de Randon
Dans la nuit du 18 au 19 juin de l'année courante 1739, il arriva en Gévaudan un orage accompagné de grêle, si violent quil ravagea quatre vingt deux paroisses du diocèse de Mende sans y laisser ni foin ni paille ni blé ni arbres. Tout le Vivarès fut ravagé de meme de sorte que dans toutes ces contrées laffliction fut si grande quon en avait jamais vue de pareille

edt126gg006/e0000106 – Ribennes
L'an mille sept cents soixante le vingt neuvième de septembre a été baptisé par moi vicaire de Ribennes soussigné Pierre xxx né ce matin au lieu de la Bessière sur cette paroisse dud Ribennes, fils naturel dun père inconnu qu'on a appellé Jean Roche du lieu de Mazel Paroisse des Laubies, sans que la mère ait été ouie, et le tout sur l'assertion du parrain et marraine, fils aussi naturel et légitime de Marie Anne Pascal du lieu de d'Albières sur cette paroisse ; ladite Marie Anne Pascal fille légitime et naturelle de feu Jean Pascal et d'Antoinette Moulin dudit lieu de d'Albières ; son parrain a été Pierre Vilaret ; et sa marraine Marie Daudé dudit lieu de Bessière en présence de Jacques et d'Antoine Herbabessière dudit Ribennes qui n'ont seu signér, de ce requis en foy de quoy. Boudon vicaire

edt056gg001/000008 – Esclanèdes
Pierre Abriol garçon de famille agé de quatorze ans et quatre mois du lieu du Bruel et Jeanne Solinhac aussi fille de famille du lieu de Larbussel paroisse des Sallèles, agée de douze ans et quelques mois , autorisés de leurs parans ont épousé le vingt et huitième juin 1683 après la publication des annonces dans lune et lautre paroisse comme il ma paru par le sertificat du Sieur Rochier curé des Salèlles signé du 15 ème juin de la meme année sans oposition à nous connue. Present Guillaume Rocqueboeuf, Jean Laget dit Grane massons du lieu du Bruel illeteres et Antoine Bourges aussy du Bruel soubsigné. Ribes Curé – photo 42, Jeanne Solinhac femme de Pierre Abriol est décédé agée de 20 ans le 28/09/1690.

edt056gg001/000048 – Esclanèdes
Gabrielle Bourges fille agée d'anviron trente ans du lieu du Bruel est décédee le septième juillet une heure apres midy 1692 ayant reçu les sacrements necessaires a salut et le huitième du meme mois et an a esté ensevelie au cimetière de notre paroisse entre la porte de l'Eglise et la chapele de Notre Dame presans Etienne Bourges son pere et Antoine Bourges son fraire. Cette bonne fille qui avait esté fort saige des sa jeunesse a vecu dans une innocence admirable et dans une patiance fort extraordinaire pendant sept à huit ans quelle a esté aveugle par une goutte severe et affligee presque toujours des doleurs très aigues et principalement toute une annee entiere depuis quelle fut venue de Notre Dame de Pradelle * quy ayant fait le voyage a pied et souffert beaucoup elle en fut fort affligee tout le reste de ses jours et surtout pendant les trois derniers mois ou elle fut allitée et continuellement travaillé d'une soif inextinguible et des douleurs de coté et de toutes les autres parties de son cors quy paroissent insuportables ce quelle souffrit avec une antiere soumission a la volonté de Dieu jusques aux derniers soupirs de sa vie pendant lequel tams elle me dona tous les jours des marques dune grande piété. Jay cru estre obligé de doner un témoignaige au public de la vertu de cette fille quy ma paru admirable et solide pendant le tems que je lai dirigee. Ribes Curé
* voir pélerinage à ND de Pradelle (Haute Loire)

edt009gg006/0000047 – Aumont
Le 30 7bre 1792 nous n'avons pas dit la messe a cause des troubles. Les Officiers municipaux ayant jugé quil ny avait pas sureté pour nous en fesant des fonctions publiques. C'est ce meme jour quon a affiché le decret qui enjoint aux ecclésiastiques qui ont refusé de preter le serment de sortir du royaume dans le delay de 15 jours.

edt132gg012e0000121 – Saint Alban sur Limagnole
Vendredi 8 juin 1629 fut baptisée une fille Françoise, laquelle a été trouvée à la porte de notre hôpital de St Alban le lundi matin de la Pentecôte du présent mois, le matin 2 heures après minuit sans savoir quest son père, laquelle a été baptisée par moy Pierre Ayral, curé de la dite ville, son parrain a été Annet de Calvisson Chevalier de Malte de St Jean de Jérusalem, sa marraine a esté noble damoiselle Françoise d'Apchier, damoiselle du Chailar demeurant a présent au Château de St Alban

edt063gg01/0000143 – Fontans
Jean Sadoul de Bigosse se trouva mort à la montaigne a cause du mauvais temps et fut enseveli a la paroisse de Venteuges le 12 fevrier et remanbré par moy curé de Fontans le 22 février 1659

edt063gg01/0000148 – Fontans
Etienne et Claude Proueze du lieu de Lestival furent ensevelys par moy le 15 octobre 1643 ayants estés brullés dans leur maison et le reste des corps portés au cimetière

edt063gg01/0000161 – Fontans - Incendie des huttes
Le neuvième jour du moys de janvier 1630, Guy Tardieu acompagnié de Jean Armet natif de Chazeirolettes, de Pierre Savajol du lieu de Monchamp, de Denis Bequat demeurant aux Bequats tomberent lute (l'hutte) quavait esté faite pour le père Albin capucin et emporterent toutes choses et tout ce quetait dedans avec charretes au lieu des Bequats et mirent le feu a ce que Mr Louis Plant * qui a autre deux lhutes quavaient été faites au terroir apellé le Bois de Lavergne et tout ce questait dans icelles comme se peut voir.
* Louis Duplan, pâtissier à Serverette

idem – Fontans – Attaque à main armée
Le second jour du moys de mars 1630, Roubert Moure Sieur de Rosiers acompagnié daustres quatre, portans espées en main vinrent dans la clastre * et de force et de rage me prendront tout le bled que javais sans m…., m'emmenerent ma joument et toute ma vaisselle destain et fouleront toute la maison sans aucun respet
* clastre = cloître, terme occitan

edt129gg012/0000010 – Rocles – victime de la bête
L'an 1764 et le neuvième jour du mois de septembre a esté enterrée Magdelaine Mauras fille a feu Jean et xxxx Pages de Pierrefiche agée denviron douze ans, sétant ches Jean Baptiste Mauras du lieu des Thorts dans cette paroisse, son oncle, dont le corps a esté trouvé le 29 e dud mois, rongé au col et au sein par la bete qui fait des ravages depuis cinq mois dans ce diocèse et qui legorgea quand elle se trouvait conduire le bétail de son oncle sur les 4 heures et demi du soir. Le reste de son corps auquel il manquait aussi un bras arraché et mangé par la dite bete a esté mis au cimetière de cette paroisse de Rocles tombeau des ancetres de son pere. Presents a ce Jean St Jean, Jean Pierre Bouet et Pierre Martin fils a feu Antoine dud lieu des Thorts, illeteres de ce enquis par moy. D'Aubignac prieur

edt126gg006/0000248 – Ribennes – Assassinat de Me Romain Dieulofès, prêtre
L'an 1772 le trente et un décembre sur les sept heures du matin est mort Maître Romain Dieulofès prêtre et prieur curé de la présente paroisse de Ribennes et a été enterré ce jourd'hui 1 er janvier 1773 dans l'église paroissiale, tombeau de ses prédécesseurs sur l'heure de onze heures du matin, vinte huit heures après son décès par moy Jean Pierre Clauson vicaire dud Ribennes……
Pourtant, ce que cet acte ne dit pas, c'est que Me Romain Dieulofès fut sauvagement égorgé, dans son sommeil ou juste à son lever le 31/12/1772 vers 7 heures le matin. Sa servante et son frère furent inquiétés, remis à la justice, interrogés, et probablement inculpés. Voir série Justice 20 B article 5 des AD Lozère.

Notaire Chaleil Le Malzieu 3 E 621 folio 35 - Courageuse Jeanne
Déclaration du 16/12/1714, de Jeanne Passeriou qui avoue « qu'elle heust le malheur de ce laisser seduire et corrompre par Mre Louis Ollier prebtre et chanoine au chapitre du Malzieu soubs de belles promesses lorsqu'elle estoit pour servante avecq lui et qu'estant devenue enseinte de ses œuvres  elle fust encore sy fragille soubs les promesse dudit Sr Louis Ollier, chanoine qu'elle ( ? marge) ce porta devant le Sieur Juge dudit Malzieu parant dud Ollier ou elle fit une certaine déclaration que lenfant dont elle estait enseinte, estait des œuvres dun homme a elle incognu. Ce quelle a affirmé devant moi notaire et temoins nest veritable mais bien de celles du Sr Ollier, chanoine, ce quelle a reiterer et affirmer devant tous quil appartiendra….etc. Luy ai donné acte pour valloir et servir ainsin que de raison. ».

edt 056gg1 /0000117 – Esclanedes Mort de l'Evêque, normand de nationalité.
en marge de cet acte, le curé Ribes a dessiné 3 mains ouvertes.

François Placide de Baudry de Piancourt, notre evesque mourut le jeudy 17 9bre 1707 agé denviron 80 ans, ayant tenu leveché 30 ans. Il estait normand de nationalité du chateau de Tony * entre Paris et Rouen sur la Sene. Il avet esté abbé de la Croix dans le diosese d'Hebreu ( Evreux ). Leveché et le château de Chanac luy doivent ses plus belles decorations. Il a donné tout son bien a lopital de Mande ou son cœur a este ensevely et son cors a la cathedrale. Il a fondé a Mande les écoles pour les garçons et pour les filles, quinze places a lhopital pour les pauvres de ses …., quatre au Seminere pour des pauvres ……
* château de Tosny Eure

edt 056gg1 /0000127 – Esclanedes ou les lenteurs de la poste
Mr Pierre Palmier pretre agé d'anviron septante ans originaire d'Esclanèdes mourut le quinzième may 1710 au lieu de Vanose proche d'Annonay au diocèse de Vienne ou il servet de vicaire. Il a donné 16 livres de capital a leglise St Hypolite d'Esclanèdes pour du revenu luy estre dit deux messes par an à perpétuité pour le repos de son ame ainsy quil ma paru par la lettre de Jean Bernus petit neveu du defunt de Vanose, le 18 may 1710 laquelle jay receu le 28 juin de la meme année.

idem Esclanèdes -
Jean Blanc fils a feu Jacques et Marie Bonnet mariés du Bruel dans ma paroisse, a espousé Marianne Marcheval du Montcassel * au diocèse d'Hypre ** en Flandre * le 23 août 1710. Présens Jean Laget masson du Bruel dit Grane, Jean Palmier d'Esclanèdes clair, et Joseph Blanc frère de lepous et ce par ordre de mon evesque a moy donné le 19 du susdit mois tel attaché
* Mont Cassel, haut lieu historique entre Lille et Dunkerque dans la vallée de l'Yser, nombreux moulins ** Ypre

idem Esclanèdes – Dernières volontés
Marie Palmier veuve habitante du Bruel agee danviron 55 ans mourut le 24 septembre 1710 ayant receu les sacrements nécessaires a salut et le 25 fut ensevelie au simetiere de notre paroisse. Presans François Palmier son frère et Guillaume Vielledent son neveu tous du Bruel. Elle fit son testament le 20 du meme mois receu par Chirac notaire de Chanac, par lequel elle a legué au Sieur curé et autres pretres de la paroisse la somme de 3 libres de pension annuelle pour luy estre fait a perpetuité un service de 3 messes, deux basses et une grande avec clas ( glas ) et offrande, selon lancienne coutume de la paroisse, a tel jour de son trespas ou au plus proche celuy la etant empeché, item a legué 5 libres de pansion annuelle aux pauvres de la paroisse, quy leur seront distribues par le Sieur curé, apres la grand messe dud dit service et seulement a ceux quy auront assisté a la messe et prié Dieu pour le repos de son ame et non aux autres sils ne sont detenus dans leur lit par infirmité. Le capital des dites pensions reste entre les mains de François Palmier son heritier du Bruel

Rôle de la Capitation C 61 St Alban s/ Limagnole du 2 avril 1736
Messieurs les commissaires sont priés de la part de la communauté d'observer que St Alban est un misérable endroit de traverse au pied dela montagne de la Margeride où il n'y a aucun passages, marchés, ny foires, où il ne se fait, par conséquent, aucun commerce n'y ayant que quelques petits marchands revendeurs de quelque peu d'huile ou savon en détail, quelques tisserants pauvres, deux cordonniers, l'un a déjà perdu la vue et l'autre vieux et caduc, quelques mauvais tailleurs qui ne font que coudre pour des paizans et ainsi des autres métiers, et que les gens de la ditte communauté, les plus riches en général sont très médiocres en biens et la plupart chargés de nombre d'enfants et debtes, et n'ayant presque rien recueilli à leur peu de biens les années dernières suivant les verbaux remis devers le greffe du diocèse. Ce qu'on y appelle bourgeois n'ont peut-être pas deux cents francs de revenu, charges déduites. Ce qu'on appelle laboureurs sont gens qui labourent seulement avec des vaches, les notaires y sont fort peu occupés, outre qu'ils ont de taxes particulières sur leurs offices, que les hostes ne sont que simples gargottiers incapables de loger un étranger. En un mot, que c'est une communauté fort pauvre, elle supplie Messieurs les commissaires de leur accorder une diminution de capitation et autres impôts en égard que la plupart ne sont que journaliers, nécessiteux ou mendiants

4E047/2 photo 5 – Réflexions du Curé Brajon de la Chaze de Peyre
1778 - fin de registre

En voilà des vifs et des morts, des contents et des mécontents, tel est l'ordre de la providence divine, heureux qui le suit fidellement et chrétiennement

Memorare novissima tua et in aeternum non peccabis

Finis honorificus laude coronat opus

Souviens-toi de ta fin et tu ne pècheras jamais

Une fin honorable couronne de laurier l'œuvre

edt078GG004 /0000005 – Lachamp -
En marge
« annotation sur un bapteme ecrit en la page cy devant a legard dun enfant naturel du Mazet »L'an 1754 et le 24 ème jour du mois davril, devant nous curé et vicaire de la paroisse de La Cham soussigné, Marie Cheminat du Mazet reconnaissant pour son fils naturel lenfant qui fut presenté pour etre baptisé a la porte de notre eglise, porté et présenté par Jean Cheminat et Marguerite Bounet du Mazet et qui furent parein et marreine et auquel ils imposerent le nom de Jean, mais ne sceurent le nom du pere, assurant que la mere leur avait dit que led enfant appartenait a un passant et dirent nen scavoir autre chose ; lad Cheminat mère dud enfant voulant pourvoir a la decharge et sureté de sa conscience, comme aussi arretter et faire finir tous les soupçons et jugemens faux et temeraires que plusieurs personnes ont fait sur le compte de divers particuliers accusés mal a propos ou soupçonnés du public, nous a déclaré que le nommé Sr …..( non indiqué ) Galtier du lieu de Las Salles paroisse de St Leger de Peyre est le père dud enfant et que par conséquent, il doit le nourrir et sen charger, assurant lad Cheminat navoir eu aucun mauvais commerce avec aucun autre homme quavec led Galtier a qui elle a donné et donne le susd enfant….en foy de quoy pour servir de mémoire et de preuve en tant que de besoin. Cacaud curé. En marge  : Le 6 ème aoust 1766 lad Marie Cheminat se trouvant dangereusement malade dans sa maison, pour décharger sa conscience de son plein gré et pur mouvement avant de recevoir le St Viatique a déclaré publiquement devant toute l'assemblée qu'injustement et faussement, elle avait accusé le nommé dans sa déclaration d'etre le père de lenfant dont sagit. En témoin de quoy. Cacaud curé.

Délibérations de l'Administration Départementale de la Lozère et de son Directoire de 1790 à 1800 cote PER 4 DELIB art 2 – 30 avril 1792 – Adresse aux Citoyens du département de la Lozère
Citoyens, nos amis, ceux de vos frères que vous avez choisis pour veiller à votre bonheur, toujours attentifs à prévenir les maux que vos ennemis accumulent sans cesse sur vos têtes, saisissent avec empressement l'occasion de vous prouver que vous êtes continuellement l'objet de leurs tendres sollicitudes.

Les amis de la Constitution de la ville de Marvejols, animés des mêmes sentiments, envoyent vers MM. Cayx, Lefranc, inspecteur général des rôles et Blanquet, visiteur des rôles, commissaires, pour vous indiquer les moyens de parvenir plus facilement à établir vos impôts ; nous vous exhortons à avoir d'autant plus de confiance en eux qu'ils ne cherchent qu'à vous épargner les frais des commissaires que vous seriez obligés de payer ; profitez du temps précieux que consacrent à votre félicité, vos francs et vrais amis ; écoutez les, ils vous éclaireront sur vos véritables intérêts, vous donneront l'explication des lois sages sur le sens desquelles ceux qui ne cherchent qu'à vous perdre ont si bien réussi à vous égarer. PINTARD, FERRAND, OSTY, vice-procureur-général-syndic, PAULET, secrétaire général *
* Ce document fut placardé sur la porte de chaque maison commune